Histoires expatriées – De l’humour au Vietnam

rehahn-portrait-photography-rehahn-photography-vietnam-9
Crédit : Réhanh, photographe français basé à Hoi An, au Vietnam. Je vous invite vivement à découvrir son travail ici : https://www.rehahnphotographer.com/

———

logo histoires expatriéesBienvenue dans ce nouveau rendez-vous #HistoiresExpatriées ! Le thème nous a été proposé par Catherine du blog 3 Kleine Grenouille, expatriée en Allemagne.

Lancé par Lucie, elle-même expatriée à Venise et fondatrice du blog L’occhio di Lucie, le challenge #HistoiresExpatriées est un rendez-vous mensuel pour les blogueurs expatriés aux quatre coins du globe qui se réunissent une fois par mois donc autour d’une thématique liée au voyage et à la vie dans leur pays.

 

———

L’humour vietnamien donc. Si le rire est universel, chaque culture a ses propres codes, donc ce qui nous fait rire en France ne fera pas forcément rire ici, et inversement. Autrement dit, l’humour reflète la culture d’un peuple. Par exemple, j’ai remarqué qu’ici au Vietnam, il y a très peu (voire quasiment pas) de second degré, d’humour noir, de sarcasme ou d’ironie.

En revanche, les registres comiques et satiriques sont maîtres. Il suffit de regarder n’importe quelle émission drôle à la télé pour en témoigner : les chutes à répétition, les grimaces, les jeux de mot, les quiproquos… les acteurs en font des tonnes, on dirait des sketchs à la Charlie Chaplin ou Mister Bean. En France, ce serait plutôt Louis de Funès, Bourvil ou Coluche. Plus c’est bête et grossier, plus c’est drôle. Les gens ont aussi le rire facile et n’hésitent pas à éclater de rire de façon bruyante. Il n’y a pas de retenue, et c’est très communicatif !

kyphungdichthu (6)
Crédit : Kỳ tài thách đấu

Le comique de situation marche aussi dans la vie quotidienne : votre sac de courses se renverse dans la rue, votre tong se casse, vous tombez bêtement… vous pouvez être sûr que tout le monde rigolera autour de vous ! La grande différence avec chez nous est que les gens ne se moquent pas, c’est toujours très bon enfant.

Les blagues filles-garçons sont aussi un succès, avec de nombreuses références au coq et à la poule. Comme chez nous, le vocabulaire des animaux et de la ferme est d’ailleurs largement utilisé pour faire rire. Par exemple :

– Tu fais quoi dans la vie ? Je suis comme les racines de papaye (traduction : je ne fais pas grand chose)

– Manger comme un cochon (ăn nhiều như heo)

– Bête comme une vache (ngu như bò)

Un autre moyen pour détendre l’atmosphère et amuser la galerie ? Tenter de parler vietnamien… c’est garanti, je vous jure que ça marche à tous les coups !

Certaines blagues populaires révèlent l’hypocrisie de personnages considérés comme des gens respectables, comme les instituteurs ou les bonzes. Par exemple, l’histoire de ce bonze intitulée « Le tofu qui mord » (pour rappel, les moins bouddhistes sont végétariens) :

Un moine bouddhiste était en train de manger en cachette du chien dans sa chambre. Le novice bouddhiste le savait et de l’extérieur, il lui demanda : « Qu’est-ce que vous êtes en train de manger ? » Le bonze répondit : « Je mange du tofu. » À ce moment-là, on entendait beaucoup d’aboiements à l’entrée du temple. Le bonze demanda au novice : « Qu’est-ce qui se passe dehors ? ». « Cher Maître, il y a le tofu du village qui mord celui de notre temple. », répondit-il.

Au Vietnam, on peut rire aussi des problèmes sociaux et économiques, comme l’éducation, le divertissement, l’accès aux soins… Un des shows les plus populaires, qui réunit tous les milieux sociaux et qui fait rire petits et grands, c’est Gặp nhau cuối năm qui signifie « fête de fin d’année ». Il s’agit d’une célèbre émission télévisée diffusée une fois par an la veille du Nouvel An lunaire. Les intervenants jouent des personnages qui résument et critiquent les moments forts de l’année précédente. Un peu comme le best-of des Guignols de l’info.

maxresdefault
Crédit : Báo Hồng Official

En revanche, les blagues politiques sur le gouvernement ou le régime militaire sont controversées. C’est interdit, et même très sévèrement réprimé par la loi.

Bref, vous l’aurez compris, au Vietnam, on aime rire à en pleurer, on aime faire les clowns, mais on ne peut pas rire de tout.

PS : un grand merci à ma collègue francophone Huong et à ma prof de vietnamien Trâm pour leur aide !

———

Les autres blogs qui ont participé au rendez-vous #Histoires Expatriées ce mois-ci :

 

6 commentaires sur “Histoires expatriées – De l’humour au Vietnam

  1. Haha, ici c’est pareil. J’essaie de parler en cantonais et tout le monde se marre! Je ne sais jamais si c’est simplement la situation qui est drôle, ou si je prononce les mots de manière tellement catastrophique que je dis autre chose ;-)!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s