Mes premiers pas à Hanoï

Ceux qui ont suivi mes dernières aventures le savent, j’ai déménagé à Hanoï il y a trois mois et autant le dire de suite, ma nouvelle vie me plaît énormément ! Cette ville m’inspire chaque jour un peu plus, attendez-vous donc à voir débarquer sur le blog de nombreux articles consacrés au Vietnam !

En attendant, j’ai pensé qu’il pourrait être intéressant de vous livrer mes premières impressions sur Hanoï, vous parler un peu de mon installation et de la façon dont je me suis adaptée à ce nouveau chapitre de notre vie. C’est personnellement le genre d’article que j’aime lire dans la blogosphère des expatriés et si ça peut vous donner un aperçu de la vie hanoienne, c’est avec plaisir !

La ville est belle

Avec ses 7 millions d’habitants, Hanoï est une ville qui peut impressionner de premier abord, mais une fois qu’on apprend à se repérer, on se rend compte que la ville est en réalité composée de nombreux petits villages avec des atmosphères différentes, et c’est plutôt agréable de passer de l’un à l’autre.

Hanoï est une ville pleine de charme et de contrastes. Entre les paisibles lacs (nous avons la chance d’habiter près du plus grand lac de la ville, le lac Ho Tay, communément appelé West Lake), le majestueux Fleuve Rouge, les petites ruelles animées de la Vieille Ville où la vie grouille, les nombreux temples et pagodes, les marchés de rue odorant, les parcs et les rizières verdoyantes dans la campagne de Long Bien (de l’autre côté du pont éponyme), Hanoï est un joyeux mélange qui surprend tous les jours !

Processed with VSCO with hb2 preset
Scène de la vie quotidienne dans le vieux quartier à Hanoï
Processed with VSCO with hb2 preset
La fameuse « rue du train »

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb2 preset
Habitations vétustes le long de la rue du train
Processed with VSCO with hb1 preset
La campagne à Long Bien
Processed with VSCO with hb1 preset
Le célèbre Temple de la Littérature en plein centre de Hanoï

Les belles fresques murales sur les voûtes du viaduc de la rue Phung Hung

Processed with VSCO with hb1 preset
Rizières à perte de vue à Long Bien
Processed with VSCO with hb2 preset
Rues commerçantes dans le vieux quartier
Processed with VSCO with hb2 preset
Vente de lanternes en papier à l’occasion du Festival de la mi-automne

Nouvel appartement à Tay Ho

C’était ma principale mission quand je suis arrivée à Hanoï : trouver un logement. Je n’avais qu’une semaine avant de reprendre le travail, donc il me fallait être rapide et efficace. Bon, à moitié, car mon mari était déjà installé à Hanoï depuis deux mois et nous aurions pu rester dans son petit studio quelques jours voire semaines de plus, mais ça devenait difficile de se déplacer au milieu des cartons et des valises et on était surtout très impatients de se sentir enfin « à la maison », chez nous !

Dès le lendemain de mon arrivée, j’ai posté une annonce sur les groupes dédiés à la recherche de logement sur Facebook et j’ai aussi contacté plusieurs agences immobilières pour fixer des rendez-vous. Même avec des critères stricts, il y avait des dizaines et des dizaines de logements disponibles dans les 2-3 quartiers que nous visions. Sachez-le si vous comptez vous installer à Hanoï, il est facile de trouver un logement qui corresponde à vos attentes et à votre budget. Après deux jours complets de visite sous 40 degrés, nous avons finalement jeté notre dévolu sur un magnifique appartement, spacieux et lumineux, en plein coeur de Tay Ho.

Le déménagement a été assez folklorique car nous avons dû descendre tous nos cartons du 5ème étage (sans ascenseur, c’est important de le préciser, mon dos s’en rappelle encore !), pour ensuite tout transporter dans un tuk-tuk. Le chauffeur a dû livrer sa plus belle prestation de Tetris pour tout faire rentrer en un seul trajet !

Tay Ho est l’un des 12 districts urbains à Hanoï, situé tout autour du West Lake, le plus grand lac d’eau douce de la ville, et à seulement 15 minutes de la Vieille Ville, le centre-ville plus touristique. Tay Ho était autrefois un village de pêcheurs : on croise encore beaucoup de pêcheurs le long du lac et le quartier a su garder cette atmosphère de village que nous recherchions. Il est aujourd’hui très fréquenté par les expatriés de toutes nationalités, et on y trouve beaucoup de restaurants, cafés, marchés de rue et magasins en tout genre… On y trouve aussi de magnifiques bâtiments religieux, ainsi que les plus anciennes pagodes de la ville. Bref, c’est un quartier à la fois animé avec des tas d’évènements musicaux et culturels, mais aussi calme pour se balader tranquillement le week-end au bord du lac.

Processed with VSCO with hb2 preset
West Lake
Processed with VSCO with hb1 preset
La pagode Hoang An dans notre rue

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb2 preset

Processed with VSCO with hb1 preset
Coffee shop au coin de notre rue
Processed with VSCO with hb2 preset
Tay Ho by night
Processed with VSCO with hb2 preset
Pêcheur au bord du lac Tay Ho

Le retour du scooter

Si vous avez lu mon bilan des 2 ans en Birmanie, vous savez probablement que conduire une moto m’a terriblement manqué à Yangon. Et pourtant, ce n’est pas pour autant que je me suis jetée sur l’achat d’un scooter dès mon arrivée à Hanoï. Il m’aura même fallu plusieurs semaines avant de passer le cap… Pourquoi ? Je pense que si vous êtes déjà venu au Vietnam, vous comprendrez ma frayeur de conduire en ville…! Pour les autres, il faut savoir qu’il y a beaucoup, BEAUCOUP de véhicules en ville, que les chauffeurs ne respectent pas du tout le code de la route (d’ailleurs la plupart n’ont pas de permis de conduire…), n’utilisent pas leurs clignotants, mais par contre klaxonnent à tout va… Bref, il a fallu que je m’adapte à ces nouvelles règles qui n’ont rien à voir avec la conduite que j’appliquais à Vientiane par exemple. J’ai donc utilisé les services de Grab Taxi pendant deux mois, ce qui m’a permis de mieux comprendre et appréhender la circulation à l’arrière d’une moto.

Puis au bout de deux mois, j’ai enfin sauté le pas ! Il faut dire que j’en avais marre de me faire « trimballer », que j’avais besoin de retrouver ma liberté de mouvement, et que je me sentais enfin prête. Et à ma grande surprise, tout se passe bien ! Il suffit d’aller lentement (bon, je crois que même mes grands-mères iraient plus vite que moi !), de rester alerte de ce qui se passe autour de nous et de suivre le flux.

Processed with VSCO with hb2 preset

La richesse culinaire

On ne va pas se mentir, la cuisine vietnamienne est l’une des meilleures cuisines au monde ! Outre les nombreux petits restaurants de rue qui vendent de délicieux plats  traditionnels aux ingrédients frais (on en parle du Bún chả ?), on trouve aussi une multitude de restaurants asiatiques et internationaux dans presque tous les recoins de la ville. Une chose est sûre à Hanoï, on a l’embarras du choix et il n’est jamais difficile de trouver où manger. On trouve même du bon pain (merci Saint-Honoré), du fromage à la coupe (merci Annam Gourmet) et du bon vin (merci le Warehouse) ! Je peux finir mes jours tranquille ici… haha !

La culture du café

Au Vietnam, le café est bien plus qu’une boisson, c’est un réel art de vivre qui fait partie intégrante de la vie quotidienne de ces habitants. Il suffit de se balader dans n’importe quelle ville au Vietnam pour s’en rendre compte : les coffee shop sont partout, à tous les coins de rue. Qu’ils soient branchés, décalés, cachés, ou à même le trottoir, il en existe de tous les styles, mais le meilleur reste le Cà phê đóng (café noir chaud), avec ou sans lait concentré, à même la rue, assis sur les fameux petits tabourets en plastique bleu ou rouge.

La culture du café au Vietnam mérite un article à part, restez connectés !

Ce que j'aime moins à Hanoi

Hanoï est une capitale qui grouille et je ne pense pas y être encore totalement habituée. Je n’ai jamais été une vraie citadine, le bruit ambiant, le trafic et la pollution ont tendance à m’angoisser. Je dois prendre sur moi quand j’ai de longs trajets à faire ou que je dois me rendre dans un quartier moins agréable de la ville, mais ce sont des choses que je peux facilement surpasser par moi-même.

Un autre point qui m’a surprise à l’arrivée : les gens sont assez froids… du moins au début. Quel contraste avec les Birmans ou les Laotiens qui ont été si accueillants dès le premier jour ! On nous avait prévenus, mais le vivre est autre chose. Les Vietnamiens m’ont montré beaucoup de méfiance et une force de caractère à laquelle je n’étais plus habituée, il était même difficile de décrocher un sourire au début ! Puis, petit à petit, je me suis aperçue qu’ils avaient un coeur tout aussi généreux que les autres, mais que leur amitié n’était pas acquise, il faut la gagner et leur montrer qu’on est digne de confiance.

———

Vous l’aurez compris, le bilan de ces premiers mois à Hanoï est largement positif, je suis tombée sous son charme, je m’y sens bien, épanouie et inspirée ! Je serais curieuse de savoir quelle a été votre première impression de la ville ? Dites-moi tout en commentaire !

4 commentaires sur « Mes premiers pas à Hanoï »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s